Écume…

Écume… 31-01-08

 

Dans le silence de ma plume

Je n’ose déranger les sons

Ceux que mes illusions résument.

 

Ceux qu’au matin, nous délaissons.

À se fondre dans nos costumes

Pour oublier nos trahisons.

 

Nous demeurons l’eau de la brume

Voilant le bleu de l’horizon

Dans l’espoir d’un soleil posthume.

 

Mais un cœur porte deux prénoms

Dans la forêt, outre bitume,

Un arbre abrite le chaînon.

 

Sa sève engloutit l’amertume.

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s