Et maintenant ?

Et maintenant ? 31-03-08

 

Que pondrais-tu l’ami si, reprenant ta plume,

Abandonnée emplie elle ne mouillait plus

De son encre d’aimer, en bleu, ton amertume,

Dont l’hégémonie reine entonne qu’il a plu ?

 

Quels vont être les mots qui suivront tes silences !

Déposés en amont des idées que fleurissent

Les sons et les odeurs de pensées sans défense

Qui se laissent porter, qui sur ton âme glissent ?

 

Et pourquoi cet arrêt ? Pour dompter ta mémoire ?

Ou fondre les instants désœuvrés par le manque ?

Que dit ce lendemain ! Où la plus pure moire,

De sa rosée sacrée invente les calanques ?

 

Que pensera ta muse en ses lascifs : « Bonjour ! »

En découvrant la nuit de ton drap d’insomnie

Imbibé de l’alcool qui galbe les contours

En suaire fœtal gorgé d’acrimonie ?

 

Je ferai de mon mieux ! Sans que raison me hante.

Je tenterai les sons plus soyeux que duvet !

J’oserai l’harmonie sur les signes qui chantent,

Le cœur à mon oreille et l’Or à mon chevet.

 

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s