Quand tu es là

Quand tu es là – 10-06-08

 

Je dois me rendre à l’évidence !

Dans le cœur un joli ramdam :

Mon temps s’allume en ta présence,

Mon ciel se peint à fleur de l’âme.

 

Je dois reconnaître ma chance,

Le goût fruité de mes matins

Lorsque tu es là, ma vie danse

La valse au parquet palatin.

 

Je dois écouter la raison,

Chuchoter l’éclat d’un bonheur,

Le prendre pour chaque saison,

Le siroter toute les heures.

 

Je dois évoquer l’impatience

Titiller le tout de mes pores,

Pour distiller l’impertinence

Dans le lit bleu de nos encor.

 

Avouer la mélancolie

Du réveil au parfum d’absence,

Générant comme une embolie

Quand tu deviens réminiscence.

 

Et dans un silence fœtale

Mon rêve atteint le mode pause,

Car un jour sans toi est létal ;

Nu de ta peau, mon air repose.

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Quand tu es là

  1. isabelle dit :

    tout simplement sublime ! un joyau que ce poème!amitiéisa

  2. Nelly dit :

    Dans ce jardin où l\’Or repose
    Je respire tes parfums de prose
    Tellement joli Pascal…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s