Écrire ailleurs

Écrire ailleurs – 27/06/08

 

Quand mon encrier sera vide

Je veux, sans trop de commentaires…

Que dans des pensées, l’on m’évide.

 

Dans les esprits testamentaires,

Préserver l’image tangible

De mes émotions fragmentaires.

 

En partitions intelligibles,

Dévorer les notes fugaces

De mes humeurs incorrigibles.

 

Et de l’amour créer l’espace

Qui s’écoule en guise d’instants,

Dans son intemporelle impasse.

 

Dessinait l’automne au printemps,

La plume émoussée de l’histoire

Qui me pensait prince charmant.

 

Pour unique réquisitoire ;

Invoquer le parfum du don

En volutes aléatoires.

 

Et si un jour vient le bourdon,

Prenez pour chauffer l’univers !

Mes mots en guise d’abandon.

 

Délicat lien d’un cœur ouvert,

Sur son tempo retourne aux sources,

Écrire au loin d’un ciel couvert…

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s