Enfant de l’âme

Enfant de l’âme – 21/07/08

 

Une île, son rivage, un soleil au zénith,

Le doré d’une plage, et pour seule musique :

L’océan qui caresse un brisant de granit

Par le chant indigo de son reflux magique.

 

Un chalet, puis de l’eau ! Qui par l’orient l’entoure,

Pour offrir un berceau douillet, au jour naissant,

Arroser la montagne où la neige savoure,

Des milliers de reflets au feu reconnaissant.

 

Un abris, nappé d’or, au faîte d’une grange,

Surplombant la vallée en kyrielle de vert

Et le sillon d’un ru, comme une source d’ange ;

Auréolé de brume oeuvrant à ciel ouvert.

 

Une lune, à son bord : tous les rêves d’artistes ;

Aux insomnies volés, en attente d’aurores,

Qui enlèvent l’ennui de ce monde d’autistes,

Procréent un univers aux douces métaphores.

 

Il existe, un ailleurs, pour s’échapper du vide,

Des paysages doux au bout de nos prisons ;

Un lieu d’élévation où notre âme gravide,

Porte un air saturé de gracieux horizons.

 

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s