Bonjour

Bonjour, 17/09/08

 

C’est comme un cri pour l’ultime rescousse…

Un don du cœur, d’une âme, une envie d’être ailleurs

Un tendre appel, cet écho ; un désir au sommet du meilleur

Une plaie qui scintille et qu’un rire éclabousse.

 

C’est l’oubli du cristal qui chaque instant se brise

Sur la note majeure au son pur et sensuel,

C’est l’enfant épanoui en son rêve gestuel

Et le présent conquis par l’effet de surprise.

 

C’est un homme sans but sur des mots funambules

L’ombre nue de soleil ; sans richesse et sans fard,

Le nimbé réverbère au feu matin blafard ;

Un reste qui se pâme aux amours noctambules.

 

C’est le passé blessé ; cette parcelle infime…

D’un espoir infini ; un morceau d’addiction

Qui dégouline en vers et contre toute action

Sur des pensées osées aux berges de l’intime.

 

C’est l’humble dans la main qui garde poing fermé

Au détour d’un ego tenant aux apparences

Et cache au fil d’écrits ses multiples carences

Pour préserver demain d’un acquis conformé .

 

C’est comme un vent d’humeurs qu’une absence assassine

Devant l’hégémonie d’un besoin d’être seul,

C’est l’image d’un chant à l’abri d’un linceul ;

Une ramée d’été que la rumeur calcine.

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s