L’or de l’enfance 10/15

L’or de l’enfance 10/15

 

Rêvant que l’horizon donne son grand spectacle

En cet espoir ténu je camoufle en secret

D’enlacer ton regard en voyage concret

Puis dévorer ton corps à l’enchanté cénacle

 

L’onirique est de jour, puisque la nuit renâcle

À déposer son voile en délice discret

J’attends des souvenirs de repasser la craie

Remettre les grains d’or que le sablier bâcle

 

Alors que l’illusion se brisait aux récifs

De ses vagues d’envies aux assauts oppressifs

Tu reviens dans mes yeux allumer tes aurores

 

Je fantasme à l’ivresse en ton paradis air

Quand le frisson du soir nous caresse les pores

Et qu’un soleil palabre en orangé disert
Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s