L’or de l’enfance 9/15

L’or de l’enfance 9/15

 

Tamiser le destin pour un doux réceptacle

Un cocon où le corps s’allonge sur le vent

Harmonise l’enfin de mon rêve estivant

Crevant l’esprit borné à générer l’obstacle

 

Reprendre en funambule un vœu que la vie tacle

Ce coucher de regard oublié si souvent

Pour l’aveugle avenir au banal éprouvant

Sur le fond de bonheur que la mémoire racle

 

Taire le plus longtemps nos deux soifs curieuses…

de palabres posés en joutes furieuses

Nous remontons le temps plus vite que l’éclair

 

Il n’est aucun besoin de consulter l’oracle

Je vais sur ce chemin au paysage clair

Rêvant que l’horizon donne son grand spectacle

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s