L’ambre s’étend

L’ambre s’étend d’oranges douces

Ton ventre nu offert en feux du soir

~

Les braises rousses

Dansent en lueurs fragiles sur l’espoir

Leur belle histoire

~

L’ambre s’étend, mes mains se prennent

À chuchoter mes caresses au vent fiévreux

Leurs sons mielleux

~

Bien avant que l’eau s’immisce

Au cours salé d’un lit d’épices

Et que le vin vêt son soyeux

Rêve de vie

Au ciel assouvi

Par le merveilleux

Juste pour nous-deux

~

L’ambre s’étend sur l’aube tendre

Je peux la voir

Rien qu’en fermant les yeux

Sur chaque instant

~

L’ambre s’étend et sa flammèche

A envahit le duvet qu’est ta peau

D’or et de pêche

~

La bougie parée de son nimbé gourd

Vacille nos suées tremblantes

Peint l’oranger du fruit d’amour

Sur tes vallées,

Tes pourpre rivages

Tes cris inhalés…

~

L’ambre s’étend dans tes yeux clairs

Brûle l’encor de nos pluies lumineuses

Ce chant d’or aux lueurs butineuses

ses ailes bleues provoquent l’air

~

L’ambre s’étend en marées saoules…

 

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour L’ambre s’étend

  1. isabelle dit :

    bonsoir monsieur le poète philosophe … merci beaucoup pour ton com !tu as donc avec blaise Pascal au moins 2 points communs : "Pascal", et son pari sur Dieumerci ! et amitié

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s