À l’abri du temps

En silence
Je lape les remous de mon whisky salé,
la buée alertée entre mes doigts, s’attarde
Un malheur étouffé dans la télé blafarde
saigne en vapeur d’oubli le présent inhalé.

En silence
Juste le tintement du glaçon qui s’immisce
entre pensée amère et mon rêve d’ailleurs
sur cette éternité qui tient lieu de meilleur
aux secondes de pluie… Alors un souffle glisse…

En silence
Je reste seul en vie à découvrir ma peur
de lendemain perdu sur un chemin d’argile,
où chaque pas trop lourd risque un destin fragile
à l’âme à la merci d’horizon kidnappeur.

En silence
Je finirais la nuit sur une fausse osmose;
ce mirage obsession de se croire existant
Dans ce cocon sans fin, d’être à l’abri du temps,
pour offrir à ce monde un lieu sans ecchymose .

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s