Courroux divin

Juste une bouffée de toi
Ma boisson d’air, éméchante
L’inhalation que je tente :
Finir braise sous ton bois.

L’art d’émoi de l’âtre dense,
Reste, en fumant l’horizon,
Sans simagrées, sans raison
Mourir… Petite évidence !

Au profond des yeux de sel
Où règne un silence opaque
Se délie, oh ! Tendre arnaque
Notre étreinte carrousel.

L’amande aimée a su l’être,
De lèvres bues d’Ivre amant
Grisant la chair ardemment,
Pour d’un frisson se repaître.

Croise en corps le plat des mains !
Dort un prince au matin peine,
Sur le chant d’une fontaine,
Trace en peau tes traits carmins !

Juste un mot sur l’eau qui coule…

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Courroux divin

  1. Zoé Pivers dit :

    Une bouffée de saveurs qui consume…
    Plutôt brune ou blonde ? 🙂
    Très joli jeu de sens
    Bise
    Zoé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s